Amaryllis plante à bulbe d’intérieur et d’extérieur

Classé dans : Plantes | 0
Amaryllis plante à bulbe intérieur extérieur djenani.com

L’Amaryllis vient de la famille des amaryllidacées dénombrant plusieurs espèces. Plante vivace à bulbe, présentant un feuillage persistant ou semi-persistant. Elle mesure environ 70 cm et sa hampe florale est plus longue généralement que le feuillage. De plus, c’est une plante d’intérieur et d’extérieur supportant bien le gel.

Ses bulbes se cultivent seulement en pot. En pleine terre, dans un climat d’Amérique du Sud, ces derniers ne pourriraient pas, contrairement à d’autres climats dès l’automne. Cependant, l’ingestion de toutes les parties de la plante est toxique.

L’amaryllis fleurit de décembre à avril si son bulbe a été forcé ou non. Sa tige florale comporte deux à trois fleurs. De plus, ses coloris même panachés varient beaucoup grâce l’horticulture. Ses fleurs durent près d’un mois en intérieur chauffé avant de faner, et plus installée la nuit dans une véranda non chauffée.

Par contre, on la vend souvent en bulbe en saison automnale, ayant subi l’hivernage (en chambre froide) pour produire une fleur d’émettre une fleur au moment de son acquisition. Donc, cette plante nécessite après son achat un pot un peu plus gros que le diamètre de son bulbe.
Nous conseillons à intervalle régulier d’installer les bulbes par 3 ou 5 dans de gros pots. Ainsi, vous bénéficierez d’une floraison étalée sur plusieurs semaines. L’amaryllis affectionne une terre riche en humus et bien drainée. De nos jours, il existe déjà des packs disponibles à l’emploi direct. La plantation requiert d’enfouir son bulbe de la moitié au 3/4 en laissant dépasser soigneusement le collet du bulbe.

En automne, les bulbes sont plantés en pot à l’intérieur alors qu’au printemps en pot à l’extérieur. Il faut toujours vérifier l’achat d’un bulbe nu en s’attardant sur sa dureté et des traces éventuelles. De surcroit, cette plante aime le soleil de l’extérieur lors des beaux jours et en intérieur près d’une fenêtre bien exposée.

Aussi, elle se multiplie facilement, en effectuant une division des jeunes bulbes en automne. Après, ces bulbes doivent grossir trois ans afin qu’ils refleurissent. À prélever à la taille d’une petite noix. Toutefois, un semis reste le moyen pour engendrer de nouvelles variétés.

Son entretien doit se faire durant la pousse des feuilles et de la fleur, modéré, régulier et interrompu en septembre. Puis on la laisse sécher pour un hivernage au sec et frais loin du gel. Bien qu’elle puisse continuer à croitre un peu, on devra l’arroser très modérément.

Afin d’obtenir des fleurs chaque année, après sa floraison, une phase de repos de trois mois au sec est requise. En magasin, l’amaryllis fleurit en hiver avec des bulbes précocement forcés au chaud. À cette étape, elle devrait consommer des nutriments et de l’eau alors qu’elle puise en fait sur ses réserves.

Après et pendant sa floraison, il faut lui apporter un engrais soluble lors de l’arrosage. À la vue d’une fleur fanée, la couper afin d’éviter la production de graines affaiblissant le bulbe. Après la floraison, enlever complètement la hampe florale sans hésitation. Ainsi, ses feuilles s’apprêtent à pousser, en surveillant l’arrosage devant être modéré sans jamais détremper la terre. Laisser sécher un peu entre deux arrosages avec un apport d’engrais soluble chaque quinze jours.

En été, ses feuilles sont bien vertes et jaunissent à partir de l’automne. C’est alors qu’il faut diminuer l’arrosage puis le stopper de manière définitive au jaunissement du feuillage. Placer pendant cette période le pot entre 10 et 20°C. Vers la mi-février, des feuilles réapparaissent et enfin c’est la reprise des arrosages, pour qu’une nouvelle fleur se forme.

La fertilisation pour plantes vertes fleuries concerne toute sa période de floraison et de végétation, par le biais de petits bâtonnets. Un tuteurage des variétés à grosses fleurs peut s’opérer. Mais le rempotage du bulbe ne se fait que tous les trois à quatre ans puisque cette plante pousse lentement en pot.

Pour autant, la pourriture survient à cause d’un excès en eau fréquemment en hiver. La floraison finie, les feuilles jaunissent beaucoup, car l’amaryllis entre en période de dormance. En hiver, on a souvent à tort tendance à croire qu’elle a soif en l’arrosant et trempant ainsi la terre, donc son bulbe finit par pourrir.

Il faut tailler ses fleurs pour contourner la production de graines affaiblissant son bulbe. Coupe les fleurs lorsqu’elles fanent progressivement puis laisser leurs tiges se dessécher pour les couper à leur tour. Par ailleurs, la hampe florale doit se faire la plus courte. En forçant le bulbe en hiver, c’est normal que l’amaryllis ne fleurisse pas systématiquement au début. Avec des bulbes forcés et cultivés en dehors de la saison favorable, la plante s’épuise et perd ses repères. Bref, une année requise pour qu’elle s’en remette et reprenne des forces en régénérant ses réserves.

Merci à @Mustapha Kadik pour l’image ^^!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *